Le Service Musée-citadelle de la Ville de Montreuil-sur-Mer vous informe que son nouveau site internet est officiellement en ligne!
N'hésitez pas à le consulter, l'ajouter à vos favoris, le partager sur les réseaux sociaux et le lier sur vos sites internet respectifs

Lien du site

http://www.musees-montreuilsurmer.fr

PETIT HISTORIQUE DE MONTREUIL SUR MER

 

 

Géographie

 

Installée sur un promontoire dominant la Canche, non loin d'Étaples, Montreuil jouit d'une position géographique privilégiée. La ville est isolée des plateaux voisins par les vallons d'Écuires et de La Madelaine. Cette position naturelle de commandement lui donne une vocation défensive inévitable.
Bien que situé à plus de 10 km de la mer, Montreuil fut pendant longtemps un port maritime de première importance. Les bateaux naviguaient jusqu'au port sur la Canche qui ne permet plus aujourd'hui que la navigation de barques de pêche et des kayaks. Cette particularité explique le nom usuel de Montreuil-sur-Mer. Ce fut même en 987 lors de l'accession au trône de France de Hugues Capet, le seul port de mer du domaine royal.


Histoire

Deux tours du chateau royal élevé par Philippe Auguste

Deux tours du chateau royal élevé par Philippe Auguste
Montreuil est cité pour la première fois en 898[3] dans les Annales de Saint-Bertin et de Saint-Vaast. La ville, déjà fortifiée, devrait son nom à un « petit monastère » (monasterolium). On sait que quelque temps plus tard, après 913, les moines de Landévennec (Finistère) y trouvèrent refuge après la destruction de leur monastère par les Vikings.
Le comte Helgaud semblait l'avoir déjà dotée d'une enceinte et d'un château comtal. C'est à cette époque que commence alors la carrière militaire de la ville qui verra se succéder au cours de six siècles de guerres médiévales de nombreuses constructions.
En 980, Montreuil est rattaché au domaine royal.
En 988, Hugues Capet fait de Montreuil le seul port de mer de la monarchie française, héritier de l'opulent et mystérieux Quentovic[4].
En 1188, Philippe Auguste accorde une charte communale.


Entrée de la citadelle, débutée en 1567

Entrée de la citadelle, débutée en 1567
Au début du XIIIe siècle, Philippe Auguste afin de protéger cette façade maritime de premier plan édifie un puissant château royal dont il reste aujourd'hui des éléments significatifs.
Le 19 juin 1299 Accord de Montreuil-sur-mer entre Philippe IV de France et Édouard Ier d'Angleterre
Les nombreuses reliques, si pieusement vénérées au Moyen Âge et que détenaient ses nombreux lieux de cultes, attiraient les pèlerins et conféraient à la ville un caractère de sainteté. La population va dépasser les 10 000 habitants (pour moins de 3 000 en 1999).
La ville exportait alors ses draps dont la renommée rivalisait jusqu'en Italie avec ceux de Flandre ou d'Artois (on disait du montreuil comme on dit aujourd'hui du tulle).
En 1435, Montreuil passe dans les possessions des Bourguignons par le traité d'Arras.
En 1467, une catastrophe naturelle provoque l'effondrement d'au moins six édifices religieux. On ne sait pas aujourd'hui s'il s'agit d'un tremblement de terre ou un effondrement de couches souterraines.
À la fin du Moyen Âge, l'ensablement de la Canche entraîne le déclin de la ville. Le commerce maritime périclite, la ville se retranche sur elle-même.
En juin 1537, les troupes de Charles Quint et d'Henri VIII mettent le siège au pied de Montreuil. Contrainte de se rendre, la ville est en grande partie détruite.
La peste frappe la ville en 1596.
En 1567, Charles IX ordonne alors l'édification d'une citadelle sur l'emplacement de l'ancien château du XIIIe siècle. Vers 1670, Vauban perfectionna l'œuvre de ses prédécesseurs en remaniant la citadelle et en y ajoutant une poudrière et un arsenal.


Montreuil en 1792, d'après Brion de la Tour



Montreuil en 1792, d'après Brion de la Tour
Au XVIIIe siècle, malgré l'ensablement de la Canche et le déclin du port, la prospérité de la ville lui permet de se parer de nombreux hôtels particuliers.
Montreuil changea de dénomination pendant un peu plus d'un an (de fin 1793 à début 1795), pour s'appeler Montagne-sur-Mer. La ville reprendra son ancien nom le 5 février 1795 suite à une pétition du conseil général à la Convention justifiée par les difficultés qui résultent de ce changement[5].
Le flan droit du Camp de Boulogne est installé à Montreuil en 1803 et redonne à la ville un peu d'animation. Les maréchaux Soult et Ney y ont leur quartier général. Au XIXe siècle, la quête du progrès provoque la destruction d'une partie des bas-remparts[6] afin de permettre le passage de la ligne de chemin de fer Arras-Étaples mise en service le 5 août 1878[7].
Montreuil tombe alors pour plus d'un siècle dans une léthargie que seule devait troubler, pendant la Première Guerre mondiale, la présence dans ses murs, du grand quartier général britannique sous le commandement du maréchal Douglas Haig.


Devise

La devise de Montreuil est fidelissima picardorum natio qui signifie « peuple le plus fidèle d'entre les Picards » et aurait été attribuée à la ville par Henri IV en 1606 lors de sa visite de la ville

 

De passage

Religieux

Abbatiale Saint-Saulve en 1817

Construite au XIIe siècle, l'abbatiale Saint-Saulve occupe l'emplacement d'un monastère plus ancien dédié à saint Walloy, fondé par les moines bretons de Landévennec au Xe siècle.

Dans ses dispositions initiales, l'édifice présentait un plan caractéristique des églises de pèlerinage avec chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes.

Reconstruite après la catastrophe naturelle de 1467, l'église est incendiée lors du siège de 1537 et perd définitivement son chœur, son transept et l'étage de ses fenêtres hautes.

Dernier vestige de l'édifice du XIIe siècle, le bloc de façade est constitué d'une tour massive coiffée d'un clocher à lanternon au XVIIIe siècle.

 

Chapelle de l'Hôtel-Dieu

Chapelle de l'Hôtel-Dieu

L'Hôtel Dieu fut fondé vers 1200 par le sire Gauthier de Maintenay avec pour mission d'accueillir les pèlerins et les malades. Un premier lieu de culte est érigé vers 1370 puis réédifié vers 1428. En 1467 une catastrophe naturelle provoque l'effondrement de la chapelle. Elle sera réédifiée en 1472[11].

En 1537, la toiture est refaite suite aux dégâts réalisés par les troupes des Impériaux qui annexent la ville.

Les bâtiments se dégradent et la chapelle est reconstruite intégralement entre 1871 et 1874 par l'architecte hesdinois Clovis Normand, qui lui donne ce style gothique flamboyant qu'on lui connaît aujourd'hui.

La chapelle de l'Hôtel-Dieu est dotée de superbes vitraux du XIXe ainsi que de belles boiseries du XVIIIe siècle.

 

Chapelle Sainte-Austreberthe

Un Passé Historique Chargé...


Montreuil-sur-Mer, ville historique et de patrimoine


Parlons un peu d'histoire
Surplombant la vallée de la Canche de 40 mètres, Montreuil-sur-Mer a hérité sa vocation de place forte grâce à cette position géographique privilégiée. Née d'un petit monastère, « Monasteriolum », devenu axes de circulation : une rivière, la Canche et une route terrestre. Déjà fortifiée à la fin du 9ème sicèle et rattachée au domaine royal en 987, Montreuil devient jusqu'en 1204 le seul port de mer des Capétiens. Afin de protéger cette ouverture maritime de premier plan, Philippe Auguste édifie au début du 13è siècle un puissant château royal et renforce l'enceinte urbaine. Montreuil exporte alors ses draps dont la renommée rivalise jusqu'en Italie avec ceux de Flandre et d'Artois.

A la fin du Moyen Age, l'ensablement de la Canche et la Guerre de Cent ans entraînent le déclin de la ville. Pendant deux siècles, Montreuil ne joue qu'un rôle mineur avant de devenir un pion essentiel dans la défense du royaume face aux terres des Habsbourg. En juin 1537, les troupes de Charles Quint et d'Henri VIII mettent la ville à sac. François 1er ordonne aussitôt la construction d'une enceinte urbaine complétée, trente ans plus tard, par une citadelle édifiée à l'emplacement du château médiéval.

Le 18ème siècle renouvelle le visage urbain de Montreuil. Les établissements et édifices religieux sont entièrement rénovés et la ville haute s'orne d'une quarantaine d'hôtels particuliers. En 1804, lors du camp de Boulogne, le va-et-vient des troupes de la Grande Armée évoque à nouveau le destin militaire de la ville. Au 19ème siècle, les grands axes de circulation vers Paris, Arras et Boulogne se détournent de Montreuil. En 1878, l'inauguration de la ligne de chemin de fer Arras - Etaples et la construction de deux gares permet à la ville de sortir de cette situation d'enclavement.

Pendant la Guerre de 1914-1918, Montreuil renoue avec sa vocation de ville forte en accueillant le Grand Quartier Général Britannique avec les troupes du Maréchal Douglas Haig.

Façonnée au fil des siècles, au gré des épisodes historiques ou de modes de construction, cette ville fortifiée renferme l'une des plus belles pages de l'histoire du Nord-Pas-de-Calais. Dominée par la citadelle et ceinturée par 3km de remparts, la ville est surnommée à juste titre la « Carcassonne du Nord ». Sa belle robe de pierres enserre églises, chapelles, hôtels particuliers, rues pittoresques... Civils, religieux ou militaires, du Moyen Age à nos jours, ses monuments vous content l'histoire haute en couleurs de Montreuil-sur-Mer.


Les remparts
Selon la tradition, la première enceinte est construite au 9ème siècle par le Comte Helgaud II. Renforcée au 13ème siècle, elle subit une diminution notable au 16ème siècle après la prise de la ville par les Impériaux en 1537. On abandonne alors l'enceinte basse au sud-est. Errard de Bar Le Duc, Antoine de Ville et Vauban sont successivement chargés de la conforter. A l'ouest du dispositif défensif de la ville, le front de la Madelaine se compose de 5 tours circulaires du 13ème siècle et du bastion de Bouillon. Le front sud conserve 2 tours médiévales. A l'opposé, le front nord est percé d'une porte, la porte de Boulogne, reconstruite en 1828.


La citadelle
Tournée vers l'estuaire de la Canche, la citadelle s'est établie sur un promontoire qui domine de 40 mètres la vallée. Elle emprunte les bases d'un château royal construit par Philippe Auguste au 13ème siècle dont la porte en arc brisé encadré par deux tours massives est l'élément le mieux conservé. Au 16ème, la proximité de la frontière espagnole incite le roi Charles IX à construire une citadelle défendue par cinq bastions tournés vers la ville et la campagne. Remaniée à plusieurs reprises jusqu'à la fin du 19ème siècle, la citadelle est déclassée en 1929, trois ans après son classement au titre des « Monuments Historiques ».


L'abbatiale Saint-Saulve
Construite au 12ème siècle, l'abbatiale Saint-Saulve occupe l'emplacement d'un monastère plus ancien dédié à saint Walloy, fondé au 10ème siècle. Dans ses dispositions initiales, l'édifice présentait un plan caractéristique des églises de pèlerinage avec choeur à déambulatoire et chapelles rayonnantes. Reconstruite après le tremblement de terre de 1467, l'abbatiale est incendiée lors du siège de 1537 et perd définitivement son choeur, son transept et l'étage de ses fenêtres hautes. Dernier vestige de l'édifice du 12ème siècle, le bloc de façade est constitué d'une tour massive coiffée d'un clocher à lanternon au 18ème siècle. Son portail sculpté a été exécuté après 1467. Le trésor d'art sacré de l'abbatiale Saint-Saulve constitue l'un des plus beaux ensembles du nord de la France. Il conserve de magnifiques témoins de l'art religieux occidental du Moyen Age au 19ème siècle, parmi lesquels se distingue la plus ancienne crosse d'Europe.


Les rues pittoresques
Malgré les destructions et les défigurations subies au fil des siècles, Montreuil-sur-Mer se distingue également par l'ambiance qui règne dans ses nombreuses rues pittoresques, témoins d'un riche passé médiéval. Au détour de ces rues, vous ne serez pas sans croiser quelques promeneurs en quête d'évasion venus rechercher l'atmosphère romantique de la rue du « Clape-en-haut », préférant l'activité estivale des échoppes artisanales de la rue du « Clape-en-bas » ou tout simplement suivre les pas de Victor Hugo dans la célèbre « Cavée Saint-Firmin ».